Les agents de l’effet de serre

Il existe de nombreux gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère, certains entièrement d’origine industrielle (les CFC, par exemple), d’autres naturels, dont les concentrations ont généralement été accrues par les activités humaines.

en savoir + Imprimer (PDF)

La composition de l’atmosphère

La composition de l’atmosphère Les gaz à effet de serre sont en très faible proportion dans l'atmosphère terrestre. C'est d'ailleurs pourquoi les activités humaines parviennent à en modifier sensiblement les concentrations. Les molécules symétriques (qui n'absorbent pas l'infrarouge) que sont l'azote et ...

Liste des modules associés

Les agents de l’effet de serre

Les gaz à effet de serre diffèrent les uns des autres par leur capacité à absorber le rayonnement : ils sont plus ou moins efficaces à cet exercice, et cette efficacité varie par ailleurs selon les longueurs d’onde. En outre, les gaz à effet de serre varient par leur temps de résidence dans l’atmosphère. Avec des écarts très importants : entre l’eau (temps de résidence de l’ordre de la quinzaine de jours) et le tétrafluorométhane CF4 (temps de résidence de 50 000 ans) la différence est considérable. Pour rendre ces substances comparables a été créé le concept de PRG (potentiel de réchauffement global) à 100 ans, qui est par construction de 1 pour le CO2, le gaz qui sert de référence. Ainsi le méthane a un PRG de 23, le protoxyde d’azote de 310, et le tétrafluorométhane 6500 ! Dernier facteur à prendre en compte pour mesurer la “nocivité climatique” d’une substance, son abondance ou non dans l’atmosphère. Au final, le CO2, avec un temps de résidence qui dépasse le siècle, reste le sujet de préoccupation numéro 1.

Référent scientifique

Jean-Louis Dufresne,
Chercheur au LMD (Laboratoire de Météorologie Dynamique) de l'IPSL (Institut Pierre Simon Laplace).         Serge Planton, Chercheur au CNRM-GAME (Centre National de Recherches Météorologiques - Groupe d’études de l’Atmosphère Météorologique).