Gestion durable du patrimoine

Parce que l’expérience et le message qu’Universcience propose à ses visiteurs commencent aussi en amont de la visite d’exposition, nous avons à cœur de gérer durablement notre patrimoine et les abords de nos musées. 

Préserver la biodiversité
Une transition verte dans la ville :

L’évolution des attentes des visiteurs et l’arrivée du tramway porte de la Villette nous ont encouragés à transformer le parvis nord de la Cité des sciences, autrefois uniquement minéral, en un jardin planté et arboré de plus d'un hectare : une « transition verte » entre l’espace urbain du XIXe arrondissement et le parc de la Villette.

Cela permet la captation de l’eau de pluie, ce qui participe d’une réduction de la pression sur les réseaux en cas de forte pluie et permet la recharge des nappes phréatiques.

Les espèces végétales choisies sont complémentaires, non invasives, non allergènes, mellifères et adaptées au climat et au terrain, de façon à limiter les besoins en arrosage, en maintenance et à permettre la suppression des engrais et produits phytosanitaires chimiques.

Evalué « réservoir urbain secondaire pour la biodiversité » par la direction des espaces verts de la Ville de Paris, nos jardins travaillent à leur échelle à une préservation de la biodiversité.

Les ruches de la Cité

Fin mai 2011, trois ruches ont été installées à côté de la Cité des sciences. Les abeilles ont su profiter de la diversité florale du parc de la Villette et de la politique locale « zéro phyto » pour s’agrandir. En 2015 le rucher compte 8 ruches productrices d’un miel de Paris très parfumé.

Les oiseaux reviennent

Les douves autour du musée abritent nombres d’oiseaux : canards, hirondelles, bergeronnettes des ruisseaux, poules d’eau. Afin de leur offrir un environnement propice à leur développement, l’usage des produits chimiques pour le traitement de l’eau a été divisé par 10, selon un mode de gestion « homéopathique ».

Des travaux plus discrets

Le projet de rénovation de l’accueil de la Cité des sciences s’est inscrit dans une démarche de Haute Qualité Environnementale (HQE). Le chantier, qualifié de « chantier à faible impact environnemental » a dû être exemplaire sur les aspects de formation et information du personnel et des compagnons, de gestion des déchets, de nuisances acoustiques et visuelles, de gestion des produits dangereux et de pollutions accidentelles.

Le projet a permis une réduction significative de notre consommation énergétique grâce à un sas d’entrée revu à l’aune des enjeux énergétiques et l’optimisation des équipements de production de chaud.

    Ce projet s’est accompagné de la transformation de la galerie commerciale du métro Porte de la Villette en bureaux suivant une démarche de développement durable :

  • Les nouveaux bureaux sont dotés d’un système de pompe à chaleur sur sondes géothermiques. Un dispositif qui assure les besoins en chauffage et le rafraîchissement des locaux, tout en maximisant la gestion de l’énergie.
  • Des panneaux LED basse consommation assurent l’éclairage des bureaux, permettant ainsi des économies d’énergie et de maintenance ;
  • Le traitement du sol, les matériaux des cloisons et les peintures répondent aux normes les plus exigeantes en termes de qualité environnementale, acoustique et sanitaire ;
  • La qualité acoustique interne et le confort des postes de travail ont été particulièrement soignés.
Eco-rénover nos bâtiments

Universcience s’engage dans une gestion responsable de ses activités à plusieurs niveaux, notamment celui de la réhabilitation de ses bâtiments, visant à une amélioration progressive de leur qualité environnementale et du confort pour tous.

Le bâtiment dans le bâtiment : Le Palais de la découverte

Le projet de restauration et d’aménagement du Grand Palais, qui abrite le Palais de la découverte, ne répondra pas aux meilleures pratiques de la qualité environnementale. La complexité réside dans le nombre de contraintes qui pèsent sur un bâtiment classé monument historique et qui doit permettre de recevoir des publics en toute sécurité.

Néanmoins, cette démarche de rénovation s’inscrit de façon volontariste sur l’efficience énergétique et environnementale, et s’appuiera pour cela sur le référentiel Haute Qualité Environnementale (HQE) afin de développer des solutions adaptées à une bonne gestion des ressources naturelles et au respect de l’environnement.

Sur les 14 cibles du référentiel HQE*, 6 cibles sont jugées prioritaires et font l’objet d’une évaluation environnementale tout au long de l’opération : chantier à faibles nuisances, gestion de l’énergie, entretien et maintenance, confort hygrothermique, confort acoustique et confort visuel.

Le projet d’éco-rénovation de la Cité des sciences et de l'industrie

Vingt-cinq ans après son ouverture, la Cité des sciences doit faire face à des enjeux de sécurité, de confort et d'exemplarité environnementale qui présagent d’un vaste plan de rénovation.

Cette rénovation, engagée depuis 2005, a déjà conduit au renouvellement de certains espaces et au renforcement de l'insertion urbaine (avec l'ouverture fin 2015 de Vill’up).

Afin de conduire ce chantier exceptionnel, Universcience a engagé en 2014 un partenariat avec l’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture (OPPIC) pour la réalisation des études préalables au chantier de grande réhabilitation de la Cité des sciences et de l’industrie. L’OPPIC est spécialisé dans la réhabilitation et la construction d’équipements culturels. A ce titre, il agit principalement pour le compte du ministère de la Culture ou de ses établissements publics.

Le confort des publics et collaborateurs, les exigences environnementales et l’économie globale sont au centre du projet.